Une année riche en émotion dans la construction – faisons le point sur ce qui nous attend et les salaires dans le BTP pour 2020.

L’année 2019 s’est achevée et nous venons d’entamer une nouvelle décennie. Quels étaient les gros chantiers de 2019 ? Qu’est-ce qu’il qu’il fallait pas rater ? 

Ce récap, nous l’avons fait sur une feuille de route retraçant toutes les tendances et les observations du marché dans le BTP. Elle est juste LÀ !

Déjà à jour ? 

Très bien, passons aux 4 tendances dans le recrutement en 2020 pour le BTP.

  1. L’année 2020 va être une année forte en rebondissement pour le BTP. En effet, avec de nombreux grands projets, tels que le Grand Paris ou encore avec l’organisation des Jeux Olympiques 2024, le BTP va recruter à tour de bras en 2020, et tout particulièrement en région parisienne. 
  2. Le besoin en recrutement étant actuellement pénurique, celui-ci va l’être de plus en plus. Selon Pôle Emploi, on note une baisse des demandeurs d’emploi de 9,3%, et de moins en moins de jeunes s’engagent dans ce secteur. Secteur qui tend à se développer alors que le besoin en recrutement, quant à lui, augmente !
  3. On note également une tendance plus nette à la féminisation du milieu.
  4. Le marché de la construction manque clairement de profils techniques, notamment de techniciens qualifiés et cadres. Le BTP peine à trouver de bons profils, ce qui implique indéniablement une augmentation des salaires.

Vous avez dit augmentation des salaires ? 

Voyons ça autour de notre étude de salaire. Prêt ? 


L’équipe Briks s’est donné pour mission, en tant que cabinet de recrutement spécialisé dans le BTP, de réaliser une étude de rémunération dans la construction. Pour cette étude de salaire, nous nous sommes basés sur les recrutements effectués pour nos clients en 2019 en Ile-de-France, les recherches et entretiens menés par nos consultants spécialisés, ainsi que l’analyse précise de notre base de données.

Nous avons traité les données récoltées en tenant compte des écarts-types et des données aberrantes.

Les fourchettes de salaires proposées sont donc fondamentalement empiriques. Si elles nous paraissent illustrer le marché de manières cohérentes, elles sont aussi purement indicatives et ne sauraient être utilisées comme référence lors d’une négociation salariale.

En effet, outre les critères que nous avons retenus pour notre étude (type de poste et niveau d’expérience), de nombreux autres paramètres entrent en jeu lorsqu’il s’agit de définir un salaire : secteur d’activité, type de société, phase de financement, background académique, dernière rémunération perçue, etc.

Pour cette étude nous nous référons aux salaires en Île-de-France pour l’année 2019 (sur des structures type TPE, PME et plus). Pour ce qui est des autres régions, nous pouvons retirer 10 à 20% au salaire affiché. 

Dans cette étude, nous trouvons :

> une analyse de 400 salaires répartis sur le secteur de la construction

> les grilles de rémunération par poste et par niveau d’expérience

> les métiers les plus recherchés

> les tendances marché d’un point de vue du recrutement


  • Conducteur travaux : Son rôle est de piloter et de coordonner un chantier financièrement et techniquement. Au démarrage vous commencez en tant que conducteur travaux junior puis avec une certaine expérience vous devenez conducteur travaux principal. Le conducteur travaux principal est en charge d’un ou de plusieurs chantiers en fonction de leurs tailles, mais également de plusieurs conducteurs travaux. Le conducteur travaux s’appuie sur les chefs de chantier et sera au coeur de l’action.
  • Ingénieur travaux : Son rôle est de planifier et d’organiser ses chantiers. Il est le responsable de la gestion des moyens techniques, humains et financiers lors de la réalisation d’un chantier de construction. Il fait en sorte de respecter les délais et les règles de la sécurité tout au long du déroulement d’un projet. Contrairement au conducteur travaux qui lui sera sur le terrain l’ingénieur travaux sera principalement dans les bureaux à organiser et planifier les chantiers. On note un manque réel de formation d’ingénieur dans ce domaine.
  • Ingénieur d’étude spécialisé : Il doit se spécialiser dans un domaine spécifique tel que la structure du bâtiment, les lots techniques CVC / Plomberie / Désenfumage ou encore par exemple le génie électrique qui comprend le CFO et/ou le CFA. On note un manque d’ingénieur formé pour le nombre de postes à pourvoir. Une fuite des talents vers l’étranger est également toujours très forte.

L’étude de salaire se découpera en 4 parties. Une partie pour chaque acteur présent dans le bâtiment : 

  1. Les entreprises générales, 
  2. La maîtrise d’œuvre, 
  3. Les bureaux de contrôle, 
  4. Les entreprises d’installation électrique et CVC/P


Les rémunérations suivantes sont les salaires annuels bruts fixes en milliers d’euros pour des postes situés en Ile-de-France.


Les rémunérations suivantes sont les salaires annuels bruts fixes en milliers d’euros pour des postes situés en Ile-de-France.


Les rémunérations suivantes sont les salaires annuels bruts fixes en milliers d’euros pour des postes situés en Ile-de-France.

Les rémunérations suivantes sont les salaires annuels bruts fixes en milliers d’euros pour des postes situés en Ile-de-France.

Gardez en tête que cette étude est à titre indicatif. Elle fournit une estimation des salaires fixes sans prendre en compte de partie variable ou d’avantages autres que peut vous fournir votre employeur. 

Enfin, en 2020 comme en 2019, beaucoup d’entreprises mettent l’accent sur les “soft skills”, ces compétences extra qui peuvent faire la différence pour une boite qui va devoir choisir entre 2 bons profils. LinkedIn a remonté les soft skills les plus demandées en 2020, les voici !